ENZHRU
 

Le XVIIIe siècle

L' « antique » maison de Fontainebleau fait l'objet de plusieurs tentatives de mises au goût du jour. Des projets, mais aussi des opérations de destruction, témoignent de ce désir de rendre cohérent et harmonieux un château qui aurait pu devenir, en partie, néo-classique.

L’aile Louis XV - © Sophie Lloyd
Le gros pavillon - © FMR / Château de Fontainebleau
L’escalier du Roi ou chambre de la Duchesse d’Etampes © Sophie Lloyd

La nécessité de loger la cour

L’empreinte de Louis XIV à Fontainebleau est relativement modeste, hormis la création du Grand Parterre confiée à André Le Nôtre, de quelques corps de dépendances et aménagements intérieurs.

Sous Louis XV, la construction de nouveaux logements pour la Cour entraine d’importantes démolitions. C’est ainsi qu’est construite une nouvelle aile fermant la cour des Princes, que la fameuse galerie d’Ulysse est mise à bas pour être remplacée par l’aile de Gabriel, que la destruction du pavillon des Poëles permet la construction du Gros Pavillon.

De très nombreux décors et aménagements intérieurs, notamment des percements, permettent une meilleure circulation dans les appartements. La création de l’escalier du Roi dans l’ancienne chambre de la duchesse d’Etampes, de l’escalier de la Reine à l’autre extrémité s’accompagnent d’un re-déploiement des appartements des souverains.

Sous Louis XVI, les modifications apportées concernent surtout les décors intérieurs des Grands et Petits Appartements des souverains (en particulier la création de deux boudoirs pour Marie-Antoinette, en 1777 et 1787). En 1785-86, l’aile de la galerie François Ier est doublée du côté du jardin pour créer l’appartement intérieur du roi à l’étage et de nouveaux petits appartements au rez-de-chaussée.

Espace presse | Mécénat | Locations | Groupes et professionnels | Établissement public | Marchés publics