ENZHRU
 

Le XVIIIe siècle

Les cérémonies du mariage de Louis XV et de Marie Leszczynska, célébré dans la chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau, constituent sans nul doute l'événement le plus important du XVIIIe siècle.

Le château de Fontainebleau à la veille de la Révolution
Détail des panneaux peints par Jean-Baptiste Pierre, cabinet du Roi


Le mariage de Louis XV à Fontainebleau, le 5 septembre 1725

Le poids de la tradition

Au Siècle des Lumières, Fontainebleau demeure ce château dans lequel se déroulent, à l’automne, les séjours de chasse. Les rois de France profitent de ce que l’étiquette y est un peu plus relâchée qu’à Versailles pour y recevoir certaines visites diplomatiques de souverains étrangers ou encore, juste avant les mariages, profiter du voyage à Fontainebleau pour aller au devant de nouvelles princesses à accueillir.
Pendant la minorité du roi, le tsar Pierre le Grand est reçu à Fontainebleau par le Régent, les 30 et 31 mai 1717. Le 27 octobre 1743, un traité d’alliance secret est signé entre la France et l’Espagne. A l’automne 1768, le roi Christian VII de Danemark y séjourne.

Marquant le terme de la guerre d’Indépendance américaine, c’est à Fontainebleau que le 10 novembre 1786, Louis XVI signe le traité de commerce avec l’Angleterre.
Deux sœurs, Marie-Josèphe-Louise et Marie-Thérèse, princesses de la Maison de Savoie, sont accueillies à Fontainebleau le 12 mai 1771 puis le 14 novembre 1773. Elles viennent épouser les frères du roi, les comtes de Provence et d’Artois, futurs Louis XVIII et Charles X.

Joies et peines de Louis XV à Fontainebleau

En 1724, au cours du premier séjour qu’entreprend le jeune roi - avec l’infante Marie-Anne-Victoire - commencent les travaux d’aménagement du nouveau théâtre, dans l’aile de la Belle-Cheminée ; la salle verra la création et la reprise de forts beaux spectacles tout au long du siècle.
Mais finalement, l’année suivante, le roi revient à Fontainebleau pour y épouser une princesse polonaise. Le 5 septembre 1725 a donc lieu l’unique mariage royal jamais célébré au château. Les mémorialistes rapportent que la reine, parée comme une châsse, manque s’évanouir sous le poids de ses ornements sertis des joyaux de la couronne. Un festin est donné dans son antichambre, des comédies de Molière – il était venu au château de Fontainebleau en 1661 - dans la salle de la Belle-Cheminé, un souper dans la salle de Bal. Les trois jours de festivités ordonnées, auxquelles assiste le jeune Voltaire, s’achèvent par un feu d’artifice, imaginé par Berrain.
Quarante ans plus tard, le 20 décembre 1765, le dauphin Louis, fils unique de Louis XV meurt de la tuberculose dans son appartement, en bordure de la cour Ovale.

Les fêtes et les jeux

Théâtre de la monarchie, Fontainebleau connaît certes des heures sombres, mais aussi des réjouissances. Chasses, promenades, jeu, spectacles rythment les séjours de la Cour.

Ainsi, la première représentation du Devin de village de Jean-Jacques Rousseau a lieu en présence de l’auteur, le 18 octobre 1752. En 1754, la salle de théâtre est rénovée. Elle participe des grands travaux d’embellissement et de mise au goût du jours des décors du château.
En 1763, on redonne Rameau, avec Dardanus, Castor et Pollux. Créé à Fontainebleau le 9 novembre 1771, la comédie de Grétry, Zémire et Azor emporte un grand succès. Sous le règne de Louis XVI, reprises et création musicales se succèdent également.

Le dernier voyage à Fontainebleau de l’Ancien Régime a lieu du 9 octobre au 16 novembre 1786. Il offre aux souverains l’occasion de découvrir les nouveaux aménagements qu’ils avaient ordonné l’automne précédent – en particulier le boudoir argent de Marie-Antoinette – et la création du ballet pantomime de Grétry – Le Déserteur – donné le 21 octobre fut particulièrement appréciée.
Tout au long du XVIIIe siècle, la vie de cour à Fontainebleau, connaît une apogée que justifie pleinement la célèbre phrase de Talleyrand à Guizot : « Qui n’a pas vécu dans les années voisines de 1789, ne sait pas ce que c’est que la douceur de vivre ».

Espace presse | Mécénat | Locations | Groupes et professionnels | Établissement public | Marchés publics